Tag Archives: fleury mérogis

Transfert à Fleury Mérogis

Après cinq mois d’incarcération à Rennes, Christine [1], a connu un nouveau transfert disciplinaire fin juin. Elle est pour l’instant à Fleury-Mérogis, semble-t-il en attendant qu’une place se libère au Centre de Détention (CD) de Poitiers-Vivonne. Christine doit passer devant la Cour d’Appel de Paris le 26 septembre suite à l’appel du parquet sur son procès de Melun début mars 2014.

Depuis février 2014, Christine était donc incarcérée au CD pour femmes de Rennes, arrivée en transfert disciplinaire depuis Réau en banlieue parisienne (voir ici les événements précédents). Après la tension de Réau (mitard, violences physiques et humiliations de la part des matons), le climat change à Rennes. Il faut dire que cette taule, souvent présentée comme un modèle, tient à conserver son image. Mais c’est bien d’image dont il est question. Le mode de gestion des détenues y est peut être différent mais plus bien plus insidieux.
Absence de Quartier d’Isolement et de régime « portes fermés », le changement sur le quotidien n’est pas des moindre. Sitôt arrivée, Christine s’inscrit aux nombreuses activités que propose l’Administration Pénitentiaire (AP), (cours de langues, journal interne, sport, jardin, …). Les Unités de Vie Familiale (UVF) sont facilement obtenues et les jours de mitard tombent moins rapidement et sont un peu moins nombreux (près 40 jours en 5 mois, contre plus de 200 jours en 15 mois dans les taules précédentes). Mais, contrairement à ce dont se vante la direction, il ne s’agit pas là d’altruisme ni d’une « humanisation » de la détention, mais seulement de dispositifs tendant à mieux faire accepter cette détention. Pour les détenues récalcitrantes, la suppression de ces nombreux « avantages » sert de moyen de chantage pour les faire rentrer dans le rang. Une manière de faire en sorte que même derrière des barreaux et des murs de béton, il puisse encore y avoir quelque chose à perdre.
Et cela n’a pas raté. Rapidement, Christine s’est vue restreindre puis interdire l’accès au cours de langue, au jardin et au journal interne (au cynique nom : « Citad’elles »). Constamment l’AP menace de refuser un parloir double, une UVF. Malgré cela, Christine ne se démonte pas.
Mais fin juin, l’AP de Rennes s’en débarrasse par un nouveau transfert disciplinaire. Bien qu’officiellement affectée au CD de Poitiers-Vivonne, elle est placée en transit à Fleury-Mérogis le temps qu’une place s’y libère.
Arrivée à Fleury, comme ailleurs, elle refuse de donner ses empreintes et de prendre la carte de circulation et refuse aussi les fouilles et palpations. Là, le mode de gestion des détenues est plus proche des établissements précédents que de Rennes. Elle rentre direct au mitard et n’en sort que quelques jours à chaque fois (car limité à 30 jours maxi consécutifs), le temps d’une autre commission de discipline, puis elle y retourne. Chaque déplacement se fait avec une escorte de matons casqués où Christine ne manque pas de se faire molester (plusieurs points de sutures à l’index dès son arrivée).
Le passage de transit à Fleury ne doit officiellement pas dépasser 3 mois mais devrait certainement aller jusqu’au 26 septembre (à 13h30 Pôle2, chambre9), date à laquelle Christine doit passer devant la Cour d’Appel de Paris suite à l’appel du parquet sur son procès de Melun début mars 2014